• Janine Modlinger - Beauté du presque rien - Extraits

    L'éclat lorsqu'il vient, dévoile la vérité de toute chose.

    ...

    L'invisible, comme une prière approchée. Ce sont des sables murmurants, allongés entre ciel et mer. C'est le monde grand ouvert. C'est une phosphorescence humble et pauvre.

    ...

    Seulement cela, peut-être : balbutier.

    ...

    Lieux aimantés, à l'infini.

    ...

    L'invisible miroite. Se voile et se dévoile. Se fait caresse, pastel ailé de brumes roses au matin, sur le blanc des cimes. Mais la matière, paroi de roches dans son évidence abrupte, mais la montagne elle aussi est agenouillée dans le mystère.

    ...

    Je n'ai pas encore parlé de l'oiseau, lui qui chante la venue. Lui qui, d'un trait, nomme le jour.

     

    L'oiseau le veilleur.

     

     

    Janine Modlinger

    Beauté du presque rien

    Ed Ad Solem

    Poésie


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 10 Juillet 2017 à 11:55

    Ma définition du rien était erronée ....Je te remercie de m'avoir permis de rectifier ma Pensée ....Bonne journée à Toi 

      • Mardi 11 Juillet 2017 à 06:23

        Merci, bonne journée

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :