•  

    Marcher, fût-ce vers rien, garde possible tout.

    L'eau de l'obscur est bonne à boire.
    Accordant le zèle du corps à la grande danse initiatique, approche-toi de la maison où sur la table, une cruche attend la main secrète qui pourra seule l'y verser.

    Des abeilles ruchent sous la neige.
    Qui l'ignore ne voyage pas...

     

    Jean-Claude Renard Extrait




    9 commentaires

  • 2 commentaires

  • 6 commentaires
  • Ce jour, je suis jetée nue dans la lumière.

     

    Attentive, vouée au chant qui ne cesse de fleurir.

     

    Janine Modlinger

    Beauté du presque rien

    Ed Ad Solem

     


    6 commentaires
  • Souvent

    du bleu acéré de la femme

    naît l'arbre de nuit

    lorsque le sommeil la reçoit

    visiteuse immobile

    insaisissable

    multipliée à l'infini

    par son corps en lévitation.

     

    Parfois

    de la pourpre fébrile

    ou neigeuse de la femme

    fusent une supplication

    une alarme

    un orgasme

    la mystérieuse incantation.

     

    Quelquefois encore

    du noir supplicié et stoïque

    de celle devenue pommier du désert

    mère et fille de la Fêlure

    suinte le pleur d'une déesse

    prisonnière de l'amphore.

     

    Nohad SALAMEH

    LE LIVRE DE LILITH

    Avec deux lavis de Colette Deblé

    Ed L'Atelier du Grand Tétras


    14 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires