• Les girandoles des soleils au fond du vide

    dessinent sur mes yeux le rien de la lumière,

    chaque regard tirant de rien ce qui m'éclaire

    quand sa distance apaise mon néant avide.

     

    Je reconnais en moi la voie ouverte au rien,

    qui désigne et déplace et dissipe et déguise

    la présence innombrable où je viens à ma guise

    en suivant sans le voir un néant de chemin.

     

    Le rien dont je suis fait m'égare et me rend sûr,

    alors que tous ces riens sont ici mes balises,

    m'aidant à déchiffrer les chiffres qui reluisent

    sur le mirage tendrement offert des murs.

     

    Jean Mambrino

    Le Chiffre De La Nuit

    Ed José Corti


    2 commentaires
  • les galets nous disent

    que le passé peut se détacher

     

    d'un coup

     

    du pointu coupant tranchant

    peut devenir du doux

    chantant

     

     

     

    dans la falaise

    visages de géants

     

    présences

     

    enseignent la patience

     

     

     

    peser de tout son poids pour

    enfin

     

    s'envoler

     

     

     

    accueillir

    ce qui falaise en nous

     

    les fissures

    le fragile

     

    et cet élan vers le ciel

     

     

    Mélanie Leblanc

    Des Falaises

    Cheyne Editeur

     


    2 commentaires
  • Retour à l'école

    Retour à l'école

    Retour à l'école

    Retour à l'école

    Retour à l'école

     

     

    Retour à l'école

    Un indice .... enfin des

    Retour à l'école

    Désolée je ne sais pas la mettre à l'endroit ^^

    Retour à l'école

    Retour à l'école

    Retour à l'école

    Retour à l'école

    Retour à l'école

    Et dire qu'il y en a qui ont la chance d'étudier dans ce cadre he

    (pas moi hein il y a longtemps que je n'ai plus l'âge !)

     


    3 commentaires
  • La même discussion animée tous les jours

    La même discussion animée tous les jours

    La même discussion animée tous les jours

    La même discussion animée tous les jours


    2 commentaires
  • Fleurettes et bébête (photos du jour)

    Fleurettes et bébête (photos du jour)

    Larve de coccinelle, merci Pascal ^^

    Fleurettes et bébête (photos du jour)

    Fleurettes et bébête (photos du jour)

    A part la rose (un œillet) le reste je ne sais pas trop peut-être des campanules pour la première, gaillarde la dernière.


    6 commentaires
  • Le vent - Au Japon, ce n'est pas " Au commencement était le Verbe" mais "Au commencement était le vent".

    Il faut ressentir l'invisible.

     

    Sais-tu que le cerveau est l'organe qui consomme le plus d'énergie ? En hiver, tu auras du mal à apprendre de nouveaux katas.

     

    Soudain des sons se sont insérés dans les notes. C'était un merle.

     

     Souvent, le masque sur son visage ne lui obéit pas. C'est une source de situations tristes ou ridicules dans sa vie. "Nous sommes des artistes dans un monde de masques. Et des rôles dans ce théâtre qui s'appelle La Vie parmi les gens. Il y a des gens qui ont un grand talent pour porter des masques différents. Il y a des gens qui ont d'autres talents."

      

    Atteindre l'illumination - il y a deux façons d'atteindre l'illumination. La première est de ne pas manger, ne pas dormir, ne pas s'amuser. La seconde est de bien manger, bien dormir, bien s'amuser.

     

    Manque ... le silence - Les êtres vivants sont incomplets. Prenons les chiens : il ne leur manque que la parole. Prenons les hommes : il ne leur manque que le silence.

     

    Exprimer... ses émotions - Elle, pense que son vocabulaire n'est pas suffisamment vaste pour qu'elle puisse exprimer toutes ses émotions.

     

    Ito Naga

    Les Petits Vertiges

    Cheyne Editeur   


    9 commentaires
  • Un peu de soleil en ce jour gris, je croyais l'avoir déjà postée mais je ne la retrouve plus sur le blog

     


    votre commentaire
  • Le plus puissant dragon

    n'a jamais attrapé un oiseau.

     

     

    Pluie qui tombe, fleurs qui montent.

     

     

    Si la vache avançait par bonds,

    l'appellerait-on sauterelle ?

     

     

    Le genou et l'orteil

    ont aussi besoin de rire.

     

     

    Le livre des petits étonnements du sage Tao Li Fu

    Jean-Pierre Siméon

    Traduction de Meng Ming

    Calligraphies de Lei Pingyang

    Sceau de Qu Hailin

    Cheyne éditeur


    5 commentaires
  •  

     


    votre commentaire
  • 3

     

     

    la lumière

          espace de l'esprit

    libère un cri

            qui passe sur la mer

     

    libère l'esprit

            qui se perd

          au fond de son espace

     

    libère l'espace

            pour la montée de l'esprit

            dépouillé de sa lumière

     

    car l'espace s'est vidé

                  en se courbant

            pour recevoir

                      ce qui éclaire

     

    et la lumière répand

                      l'oubli

          de sa continuelle origine

     

     

    Jean Mambrino

    La Ligne De Feu

    Ed José Corti 

     


    5 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires